Lecture pour mariage


Lors de la préparation de mon mariage, lorsque nous avons commencé à choisir nos textes pour notre célébration à l’église, mon grand-père nous adonné un texte qu’il souhaitait nous lire à l’église.

Ce texte a été écrit par Khalil Gibran, c’est une pure merveille, je vous laisse le lire.

6647593_s

Astuce : dans l’ordre pour votre livret de messe, il faut placer les textes non religieux avant les textes religieux.

On peut ne lire que la première partie de ce texte ou l’ensemble qui est très complet.

Quelqu’un demanda au prophète : « Maitre parle nous du mariage. »

– Le prophète répondit :

Par votre mariage, vous êtes nés ensemble, et le serez pour toujours.

Vous serez ensemble lorsque le battement des ailes blanches de la mort dispersera vos jours.

Oui, vous serez ensemble comme un murmure dans la mémoire de Dieu.

Mais laissez-vous une certaine liberté au cœur de votre union.

Que les vents célestes puissent dessiner leurs volutes entre vous.

Aimez-vous l’un l’autre, mais ne faites pas de l’amour une contrainte.

Faites qu’il soit plutôt la mouvance d’un océan qui s’étend entre les rivages de l’âme.

Remplissez mutuellement vos coupes, mais ne buvez pas tous deux à la même.

Echangez entre vous le pain, mais ne mangez pas tous deux de la même fournée.

Chantez et dansez ensemble et soyez joyeux, mais demeurez chacun seul comme les cordes d’un luth restent séparées mais vibrent à l’unisson.

Donnez votre cœur, mais non pas de façon que l’autre en devienne le possesseur,

Car seule la vie peut recueillir vos cœurs en ses mains

Rapprochez-vous, mais ne vous tenez pas trop près,

Tout comme les piliers sont répartis à bonne distance dans les temples.

 

– Le prophète dit encore :

De votre mariage naitront des enfants,alors rappelez-vous :

Vos enfants ne sont pas vos enfants.

Ils sont les fils et les filles d’une vie depuis toujours amoureuse d’elle-même.

Ils naissent par vous, mais non pas de vous.

Et bien que vous les ayez auprès de vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées.

Vous pouvez offrir le gite à leurs corps mais non à leurs âmes

Car leurs âmes prennent pour demeure la maison de demain, et vous, vous ne pouvez la visiter, même en rêve.

Vous pouvez vous efforcer de leur ressembler, mais ne cherchez pas à les rendre semblables à vous,

Car la vie ne revient pas sur ses pas, ni ne s’attarde dans les jours passés.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont décochés dans l’avenir.

L’archer prend pour ligne de mire le chemin de l’Infini ; Il vous tend de toute sa puissance et ses flèches s’échappent avec célérité jusqu’à perte de vue ;

Et lorsque la main de l’archer vous ploie, que ce soit pour votre plus grande joie ;

Car s’il aime la flèche qui vole, il aime aussi l’arc qui ne tremble pas.

Voici la version doc de ce texte

 
Copyright (c) 123RF Stock Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>